Le savoir faire

THEMES DEVELOPPES:
– développer son sens de l’eau.
– carnassiers en barque.

 

 

 

 

 

DEVELOPPER LE SENS DE L’EAU

Si la connaissances techniques sont bien sûr importantes pour concrétiser vos choix et faire mordre le poisson, l’observation et l’analyse des milieux sont des étapes indispensables. Anticiper les déplacements des poissons, connaître leur comportement, la façon dont ils s’alimentent au fil des saisons, en eau calme comme en eau courante, c’est un gain de temps incomparable pour pêcher vite et juste.
La pêche demande une grande part de remise en question. Pour s’adapter aux éléments et réussir à prendre du poisson, il faut une grande expérience et un grand sens de l’analyse, qui nous permettront de sortir de situations difficiles. C’est ce sens de l’eau qu’il faut développer et qui est souvent la clé de la réussite.
Mais ce n’est pas toujours simple et tout pêcheur se pose des questions à un moment donné… par exemple, quand vous croyez ne plus savoir pêcher ou bien que le lieu semble déserté par les poissons. Cette déplaisante impression nous a tous submergés un jour ou l’autre. C’est alors qu’il faut se creuser les méninges afin de trouver la solution du jour, mais, même si cette dernière n’est pas convaincante parce que vous n’avez pris qu’un poisson ou eu qu’une seule touche, ce n’est pas grave, dites-vous que cela fait partie de l’apprentissage du savoir faire.
Vous regrettez souvent que la journée passe trop vite, car vous auriez bien aimé avoir plus de temps pour affiner une technique ou en tester une autre. Le soir venu, vous vous repassez un film de cette journée qui vient de s’écouler, en pensant qu’il aurait été préférable de pratiquer ainsi sur tel poste avec telle technique et tel leurre. Vous le ferez la prochaine fois… et ce ne sera peut-être plus le moment car la rivière ou le lac aura évolué en hauteur d’eau ou en turbidité… Cependant, n’oubliez jamais cette expérience même si elle n’a pas été fructueuse, gardez-la dans l’historique de votre mémoire avec tous les facteurs qui la composaient. Vous étiez peut-être sur le point de trouver un élément déterminent pour la réussite. Vous l’affinerez à nouveau quand ces mêmes conditions seront réunies.
Si toutefois une nouvelle sortie se solde par une bredouille, ce sera le plus souvent de la faute de la météo, soit à cause du vent ou de la température, n’Est-ce pas ?. C’est alors que vous vous plongerez dans les magazines afin d’y trouver des indices. Un tel aura pris des poissons avec une technique particulière que vous ne pratiquez pas et, convaincu de ces écrits, vous l’adopterez lors de la sortie suivante, en vous remémorant les photos de beaux poissons dans les mains de l’auteur et en pensant que ce sera votre tour bientôt… Attention les magazines non pas forcément toujours les bonnes techniques, mais cela fait partie des éléments qui composent et animent notre passion, ils nous permettent de rêver. Mais l’auteur a-t-il révélé comment il en est arrivé à ce but, ainsi que le nombre d’heures passées à approfondir sa pêche vécue pour y parvenir.
Tout le temps passé au bord de l’eau forge nos connaissances. L’analyse des situations vécues lors d’une approche de poste, d’un ferrage raté, d’un poisson décroché renforce notre savoir-faire et notre maîtrise du sujet. Les heures d’observation ne sont jamais perdues, ce sont grâce à elles que vous gagnerez du temps. Certains en gagnent en faisant appel à un moniteur guide de pêche, en particulier pour ce qui concerne le choix et le maniement des leurres qui peuvent varier en fonction de plusieurs facteurs, comme l température et la turbidité de l’eau, le courant, la profondeur, la météo, l’approche et la lecture des postes en fonctions du poisson recherché, l’orientation du vent et sa force, etc… Ce choix peut s’avérer judicieux pour les techniques mais il faut insister sur l’observation et l’analyse de soi, c’est une des clés importantes du succès. Mais il est certes plus simple de rejeter la faute sur les conditions de pêche ou le matériel.
Il m’est arrivé de pêcher avec des pêcheurs de grande renommée, sachez que lorsqu’ils pêchent, leur détermination est grande. Ils ne peignent pas la couche d’eau par hasard en mettant un leurre à l’eau. Ils sont convaincus qu’à chaque lancer, ce sera le bon et ils s’appliquent tout en restant concentrés. Ils ont forgé cette assurance avec le nombre de sorties effectuées et de réussites qui les accompagnent. C’est pourquoi, nous retrouvons souvent les mêmes sur les podiums des compétitions, parce qu’ils analysent d’abord et pêchent après, ils ont tellement vécu de situations différentes qu’ils peuvent s’adapter presque partout.
Les moins passionnés seront peut-être dégouttés par cette pêche sportive, trop compliquée, trop prise de tête, et loin de leur envie d’évasion en pleine nature. Si vous voulez prendre du beau poisson, régulièrement. Il faudra passer par ces phases de réflexion, sinon l’autre solution est d’aller tremper son fil dans une pisciculture. Les pêcheurs impatients se concentrent un certains temps sur une technique puis, n’ayant pas de sensations ou de touches, ils se relâchent et discutent tout en animant mais sans porter attention à cette animation. Seulement, quant touche il y a, c’est raté ! Pêcher aux leurres nécessite un minimum d’attention et de concentration. Il est clair qu’en milieu ouvert       style rivière, fleuve, lac, les poissons sont soit sauvages soit accoutumés et donc méfiants, nous devons nous appliquer sans quoi nous risquons fort de passer à côté de la pêche.
Le sandre s’adapte progressivement à toutes les techniques de capture qu’on lui propose. Il déconcerte les pêcheurs malgré leurs moyens énormes !  et pourtant ce poissons est encore bien présent dans nos eaux.

.

.

CARNASSIERS EN BARQUE

Bouger ou ancrer ?
Laissez la barque aller où elle veut, ne pas se préoccuper des appareils électroniques, juste pêcher, contrôler sa ligne….. Un rêve ? Malheureusement oui ! Le courant, le vent, la nature du poste obligent le pêcheur à intervenir pour maîtriser le déplacement de son embarcation. L ‘utilisation du moteur électrique est indispensable pour maintenir l’embarcation sur de bonne profondeur et  aussi pour l’animation du LS.

.

En action de pêche maintenir l’embarcation à l’aide d’un moteur électrique :
1) Face à la pente de la berge. (la connaissance du sens des inclinaisons, pentes et cassures reste très important à savoir,  en lac ou grande rivière).

 

2) Positionner le bateau  sur une bonne profondeur d’eau en fonction des saisons.
Hiver 16 m.
Eté 11 m.
(Ces profondeurs peuvent changer en fonction du type de lac)
Cela permet de pêcher là ou sont les poissons et de présenter le LS dans de bonnes conditions. Pour le pêche en linéaire présenter le LS perpendiculairement à la berge en suivant la pente de la berge vers le fond et ensuite terminer par une pêche à la verticale. En laissant le LS racler le fond et d’accrocher quelques obstacles cela est intéressent, mais un peu désagréable pour ma part, il faut persister. Le contraire mieux vos changer d’endroit. 

04-7512103[1]

.

Que ce soit en rivière ou en lac, dans la plupart des cas, il n’est pas question de laisser le vent et le courant emmener le bateau à leur gré. La réussite de la partie de pêche dépend bien souvent de son « capitaine ». Une fois l’embarcation parvenue sur le poste ou dans la zone intéressente à prospecter, il va souvent falloir prendre la bonne décision concernant la technique à employer et la façon de la mettre en œuvre avec cette alternative : mettre l’ancre, la dérive, ou bouger, à l’aide du moteur électrique. Bien souvent bouger au moteur électrique s’impose, bien sur en fonction de la technique pratiquée. de la topographie des lieux et des conditions météorologique. Sans être un expert, quelques lancers vous indiquent si la ligne est opérationnelle ou non. Il ne suffit pas qu’elle soit dans l’eau, il faut aussi qu’elle soit efficace pour faire mordre les carnassiers.
Il faut savoir que le moteur électrique moderne donne la possibilité de garder un cap et une vitesse constante mais cela devient quasiment de la traîne…
Le moteur thermique fait carrément de la traîne donc bien vérifier la législation en vigueur.
Abandonner la barque au gré du vent et du courant  (votre action de pêche sera mauvaise, donc peu de résultat).

.

Conseils pour réussir la pêche du Sandre :
Prenez l’habitude de travailler votre leurre souple face à vous. Mais ne vous laissez pas prendre au jeu de la canne trop verticale, qui compromet le ferrage. Ponctuez votre animation d’arrêts brefs pendant lesquels vous gardez le contact. Agrémentez le parcours du leurre souple en alternant animations classiques et  des animations plus techniques en fonction des reliefs des saisons et de l’activités du poissons. Parfois, les Sandres ne tapent que sur des leurres qui évoluent d’une certaine façon, à d’autres moments c’est tout le contraire, Enfin, rappelez-vous la phrase, presque devenue un dicton, de Henri Limouzin, le Sandre est partout où ce n’est pas comme ailleurs. Ce qui signifie que tout obstacle, toute différence de fond en profondeur. Une souche, un rocher, une marche, un haut-fond, différents composants du sol, couleur de l’eau, arrivée d’eau, les courants , tout endroits qui vous semblent différents…. insistez !. Mais pour chaque poste que vous tentez, réfléchissez, avant de l’attaquer, à la méthode de prospection que vous allez adopter. Ne lancez que quand vous allez définie. Ces précieuses secondes de réflexion sont toujours payantes, ne lancez pas au petit bonheur la chance, mettez en place une véritable stratégie.
.
La discrétion :
Durant toute la partie, la qualité première que le pêcheur au leurre souple doit s’efforcer de respecter et de mettre en œuvre c’est la discrétion. Que ce soit du bord ou en bateau, le moindre bruit parasite provoqué par un choc peut être fatal pour le poste prospecté. Du bord, pêchez toujours d’assez loin avant de vous rapprocher; les sandres se trouvent parfois en extrême bordure et s’ils vous voient c’est fini. Ce conseil est aussi valable pour la pêche en barque. En plus, vous devez tout faire pour éviter les sons parasites du type plomb, paires de pinces, boîte…. qui tombent dans le fond du bateau. Pour pallier au mieux ces inconvénients qui arrivent même quand on faits très attention, tapissez le fond du bateau avec de la moquette. Rien qu’en respectant cette règle de base vous gagnerez en efficacité.

.

Les réflexions :
Rappelez-vous tous les détails qui comptent et qui ont permis la réussite au cours des parties de pêche, même lointaines. Mais, souvenez-vous d’oublier, aussi, ce qui a marché, si vous entêtez pas: changez de technique, modifiez, réfléchissez à ce que vous pouvez essayer… Le sandre n’a pas son pareil : il est déroutant et déconcertant. C’est un poisson fou!.

SHADCONCEPT

VENTE de leurres souples prêt à pêcher pour la pêche du Sandre. Je vous propose un outil indispensable pour vous faciliter la tâche au moment de choisir le LS le mieux adapté aux conditions et au type de poissons. Chaque LS est montés avec précision pour en tirer un maximum d’efficacité. Chaque saison aura une gamme de LS à proposer.

(allez sur la page VENTE)

Les meilleurs heures de pêche en période hivernale avec une journée ensoleillée :

Sur le page (comment les trouver) j'explique les raisons des meilleurs moments de la journée. La température de l'eau monte de quelques fractions de degrés ou plus, que ce passe-t'il ?.

Comprendre pourquoi le sandre peut ne pas mordre :

(16 raisons). page: observations personnels.

Traquer le Sandre dès l’ouverture en lac:

Quelques informations pour le pêcher au leurre souple. page: informations personnelles.

PROJET DE STOCKAGE DE DECHETS RADIOACTIFS

Ce stockage est prévu sur la commune de Saint-Julien-aux-bois) en corrèze à LAPORTE par AREVA dans un délai imminent. Pour plus d'informations cliquer sur le lien Actualités de mon site.

L’évolution des leurres souples

LEURRES HYBRIDES : (mi-vert, mi-shad) et (entre le LS et le poisson nageur). LA DENSITE DU LS : ( leurre à forte densité qui peuvent se passer de lestage, animation beaucoup plus naturelle). LES LS CREUX : il peuvent avoir plusieurs avantages. Modification de la densité du leurre en opposition au lestage, ou ajout d'attractant dans le corps. Les possibilités de lestage sont très variées pour différentes utilisations : pêche en surface, évolution contrôlée en profondeur.

L’engouement pour le NO-KILL

Le fait de relâcher tout ou une partie de ses prises, et la création de parcours du même nom contribuent à faire prendre conscience de l'importance de limiter nos captures. Mais pour relâcher le poisson dans de bonnes conditions encore fait-il qu'il ne se vide pas de son sang, ou que sa gueule ne soit pas déchirée par des triples très efficaces... Je comprend difficile de sous armée un LS, mais je pense qu'avec un peu plus de concentration et de motivation, le poisson peut ne pas ce rater. Les moucheurs écrasent depuis longtemps leurs ardillons pour relâcher plus aisément truites et ombres, bien sur ces poissons sont plus fragile. Mais pourquoi pas le pêcheur aux carnassiers en mettant sur le LS que l'hameçon simple de la tête plombée et d'armer le LS qu'avec un simple hameçon. Et même aller plus loin écraser les ardillons, ou de concevoir par les fabricants des hameçon de TP sans ardillons avec une nouvelle forme permettant d'éviter que le poisson ce décroche trop facilement. De plus cela permettrait de ne pas âbimer le poisson au moment de la relâcher. Pour moi l'avenir c'est ça.

Les meilleurs LS de petites tailles pour la pêche du Sandre (printemps-été) selon moi :

13 modèles de SHADS : Easy Shiner (Keitech) - FAT Keitech - Ripple Shad (Berkley) - Tournament d' Fin (Daiwa) - Grass Minnow (Ecogear) - Turbo Shad (Bass Assassin) - Swim Fish (Lunker City) - Black Minnow (Fiiish) - One up Shad (Sawamura) - Clonay 2 (Relax) - Grubby Shad (Gunki) - Pulse Shad (Berkley) - Shad GT (Delalande) -

Concernant le leurre dure redoutable SMITH CONTACT pour la truite :

Remplacer l'hameçon triple de ses leurres par un simple ne réduit pas beaucoup le nombre de prise mais contribue à les relâcher dans de meilleurs conditions. Mais cela peut concerner d'autres leurres dures.

Des chroniques pêche à la radio

Depuis le mois de mai 2009, en partenariat avec France Bleu Limousin, la pêche est présente sur les ondes. En effet, quotidiennement pendant juillet et août, et tous les week-end en dehors de la période estivales, des chroniques pêche s'adressant à un large public sont diffusées. Ces chroniques, parlent le plus simplement possible de la pêche, tout en donnant quelques conseils de base. Si vous souhaitez entendre parler d'un sujet précis et intéressant le plus grand nombre, n'hésitez pas à nous contacter car vos idées nous intéressent ! l'animateur fédéral 05 55 06 34 77.

Pollution :

La haute Dordogne est morte pour plusieurs années. Informations sur le site (Médias actualités).

Quelques marques de LS pour la pêche du Sandre :

Black minnow - One'up Shad - Fat Keiteck - Grubby Shad - Savagear Lures - Daiwa Tournamente - les Powerbaits - Gulp!Aline Minnow - Swimming Eel - Flex - PDL.
novembre 2018
L M M J V S D
     
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930